L’art contrasté.. et non contrarié

Monuments To The Normal Ones de Josefina Sierra Guzman est une série de petites sculptures.

L’innovation se trouve dans le comment c’est fait : les matériaux utilisés combinent des objets bon marché ou usés tels que des pierres, de l’argile et des plastiques avec des pièces métalliques parfaitement dessinées, travaillées. A cela s’ajoute l’association d’un côté de matières souples et de l’autre de pièces durs avec lesquelles l’artiste parvient à créer une composition équilibrée.

Chacune des sculptures est un hommage à des qualités peu reconnues et des situations banales comme les titres des oeuvres le signalent : “hommage à nous, les lents” ou “l’hommage aux choses gratuites”.

Fluo en vue dans le désert

Seven Magic Mountains, 2016, Ugo Rondinone.

Le désert du Nevada s’anime tout d’un coup avec les 7 colosses de calcaire de l’artiste Hugo Rondinone. Interruption sans ménagement de l’immobilité de ces vastes étendues arides. Les couleurs fluos et les formes de cette formation de pierre contrastent avec le paysage des lieux.

Une des installations les plus grandes des États-Unis depuis plus de 40 ans, située à quelques 15 kilomètres au sud de Las Vegas, près du lac Jean Dry.

L’artiste travaille ici sur les volumes, les perspectives et le modelage de la lumière en milieu naturel. Mais pas seulement ; il souligne aussi, par cette oeuvre, les frontières entre la matière brute et la matière artificielle, la réalité et le simulacre.

Lumière sur l’Amérique

Double America 2, 2014, Glenn Ligon.

Son oeuvre incisive explore l’Amérique à travers son histoire, sa littérature, sa langue et son identité. Artiste touche à tout, outre les textuels néons, sa pratique comprend la peinture, la photographie, les sculptures, l’impression, l’installation et la vidéo. Son art politiquement provocateur questionne la civilisation américaine. Influences : peinture moderne et art conceptuel.

L’artiste Robert Indiana et son oeuvre « Love »

Love, 70’, Robert Indiana.

4 lettres imposantes en acier comme 4 points cardinaux incontournables. Comme si l’artiste nous montrait la voie vers l’amour. Au sommet de la sculpture, dans le sens du vent ne ressemble-t-il pas d’ailleurs lui même à la girouette qui montre le courant à suivre ? Et la lettre “O” penchée ne montre-t-elle pas la route a suivre telle une flèche sur notre chemin ?

La sculpture la plus vue au monde

L’ange du Nord est une sculpture de 20 mètres de haut et 54 d’envergure réalisée par Antony Gormley et datée de 1988. Située sur les bords de l’autoroute A1 à Newcastle et de la principale ligne de fer de la côte est dans le nord du royaume d’Angleterre, elle est vue chaque jour par plus de 90 000 personnes  que ce soit en train ou en voiture.

Chiffre qui pourrait etre multiplié par 2, voir plus pour une partie, selon le nombre de passager avec le conducteur. Juste pour comparer  :  le musée du Louvre de Paris a accueilli en 2016 quelques 20 700 visiteurs par jour. Petit joueur  !

L'ange du Nord, Antony Gormley
L’ange du Nord, Antony Gormley

Si on ne vous dit pas que c’est un ange vous ne le devinez pas  :  rouge, métallique, ailes tendues sous le bras. Loin de sa représentation classique  :  un être de chair et de sang, aux ailes blanches toutes de plumes vétues, collées sur le dos. On est artiste contemporain ou on ne l’est pas  !  Ici, on l’est totalement.

L'ange du Nord, Antony Gormley
L’ange du Nord, Antony Gormley

D’abord parce que la présence de l’oeuvre est comme la mémoire de la région  : construit sur un ancien site de mine de charbon désacfectée, la sculpture  est un hommage aux mineurs qui ont travaillé dans des conditions difficiles pendant longtemps que ce soit à ​l’échelle d’une vie ou de l’histoire (pour en savoir plus sur cette période).

Un air de Batman
Un air de Batman

Ensuite, parce que l’oeuvre incite le spectateur à l’introspection par le questionnement qu’amène la vision d’un ange (le bien et le mal, le jugement, les espoirs et les peurs…)

Enfin la recherche esthétique par la représentation originale (dans le sens unique) d’un ange.

Voir sur google map  :

Ange du Nord, Durham Rd, Low Eighton, Gateshead NE9 7TY, Royaume-Uni

 

Cupidon s’est planté !

L’oeuvre des artistes Claes Oldenburg et Coosje Van Bruggen (non non je n’ai pas eternué, oui oui pour prononcer faut soit avoir la double nationalité suédo-neerlandaise… ou bien avoir un coup de bol phonétique ) installée dans le Rincon park à San Francisco en Californie est un arc de cupidon avec sa flêche plantée dans le sol depuis 2002. Son titre : Cupid’s span, soit « Portée de Cupidon » in French.  

Plus

Un ours bleu par la fenêtre

La sculture  « I see what you mean » est un ours bleu géant installé en 2005 à l’entrée du Colorado convention center à Denver aux Etats Unis. Une belle bête d’un peu plus de 12 mètres d’acier et de fibre de verre. Son créateur, M. Lawrence Argent, a souhaité instaurer un dialogue entre le Convention Colorado Center et les les habitants de la ville de Denver. Mais comment fait-il cela avec un giant blue bear ?!

Plus